Comment se faire pourrir la vie…

Posted on 3 min de lecture 240 vues

Aujourd’hui je suis de mauvaise humeur. C’est pas la première fois que ça arrive tu me diras. Mais là vraiment, je crois que je suis prête à mordre. Figure-toi qu’hier, le monde entier s’est ligué contre moi. (non, non je ne suis pas parano!!).

Dès le réveil, j’aurais dû m’en douter, j’aurais pu savoir que m’attendaient des heures sombres… La cafetière du matin nous a lâchés… (oui, on a une cafetière du matin, et une cafetière du midi, ne te moque pas, les petites choses que nous sommes supportent mal la capsule de Georges Clooney à 7h du mat…). Pas de café donc. OK.

Prise d’une irrépressible envie de Tartare la veille (ail et fines herbes le Tartare), j’avais fini la baguette de pain à 22h30, après mes petits suisses. Oh ça va hein ,tu peux mettre ça sur le dos des hormones, c’était le pot familial de Tartare ou un paquet de clopes, alors, qui c’est qui a eu raison?? Donc pas de pain. Tout va bien. OK.

Lundi férié oblige, j’avais oublié ma voiture sur le parking du bureau tout le we. Je force donc l’Homme, ventre vide et mal réveillé, à m’emmener au boulot en avance… Ca part mal, avoue. Imagine l’ambiance dans la voiture.

Me voilà arrivée au bureau. Ma première patiente est adorable, sa maman aussi, je reprends confiance. Et les autres défilent, tout le monde est là à l’heure, tout le monde est content de venir, le sourire revient. J’ai 30 minutes de pause déjeuner! Royal! Et soudain, c’est le drame. Enfin, je m’exprime mal. Soudain, c’est la connasse.

La meuf, elle me saute dessus dès l’ouverture de ma porte. Elle bouscule ma petite patiente de 5 ans. Et les insultes commencent. Je mets la gamine à l’abri dans mon bureau. La connasse me menace, j’ai intérêt à lui donner  le papier qu’elle réclame. Je refuse. Elle s’énerve, bouscule la secrétaire venue en renfort, défonce ma porte de bureau à coup de pieds. Le médecin s’interpose entre la connasse et moi. Je tremble à l’intérieur mais elle ne verra rien. Elle n’aura pas le compte-rendu. Elle s’expliquera avec son médecin traitant, avec les services sociaux. Il va falloir qu’elle assume tout: les RDV non honorés, pas excusés, les mensonges aux services sociaux et à l’école, le manque de respect. Explique leur, Meuf, que je t’ai proposé des RDV toutes les semaines et que t’es jamais venue, explique leur le nombre de lapins que tu m’as posés, explique leur que t’as menti en faisant croire que ton gosse venait me voir toutes les semaines. T’es même pas obligée de leur dire que tu me dois de la thune, allez, je m’en cogne. Meuf, t’as agressé mes collègues, t’as fait peur à mes patients, et t’as réveillé l’instinct maternel que je croyais pourtant bien enfoui encore.

Et explique aussi, Meuf, comment tu as été capable de laisser ton fils dans la merde. Comment tu préfères glander devant ta télé sur ton gros cul de feignasse plutôt que d’être à l’heure à l’école, ou plutôt que de venir voir l’orthophoniste. Explique comment c’est possible de maltraiter ainsi son gosse. Tu peux me traiter de pute. Tu peux m’empêcher de dormir toute une nuit, me faire flipper d’aller au boulot, ou de descendre chercher le courrier. Je m’en remettrai. Je suis de mauvaise humeur, mais je m’en remettrai. Toi par contre Connasse, je te souhaite le pire.

Et tu sais quoi, je suis allée chez Darty en bagnole,j’ai une nouvelle cafetière (15 tasses, bim), et j’ai acheté du pain. Même qu’il était encore tout chaud.

 

 

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

No Comments Yet.

Suis moi !

Suis moi !

Vous êtes maintenant abonné