Comment je me suis fait violence…

Posted on 5 min de lecture 136 vues

Je sais pas si je t’ai déjà dit, mais je suis timide. Parler en public est un supplice, rencontrer de nouvelles personnes me demande force et honneur. Je suis à l’aise dans mon petit univers, en sortir est source d’angoisses. Il paraît que ça se voit pas. Les jambes en coton, les palpitations, les soubresauts de la paupière droite, tout ça je camoufle à mort. Quand je pense que jusqu’à mon diplôme j’ai été incapable de lever le doigt en cours pour poser une question. En fait, j’ai l’impression que ma vie est une lutte continuelle dans laquelle je dois prouver ma valeur. Quand je maîtrise le sujet à 300% ça va mieux. J’ai les choquottes mais je vais animer une réunion pour le boulot. Je tremble mais je vais le jouer ce solo de flûte. Je flippe mais allons rencontrer les collègues de l’Homme.

Bravo ma grande, regarde un peu les gènes que tu vas refiler à ta fille. Il va falloir se sortir les doigts du fût ( et la main d’entre les caisses…) et prendre un peu d’assurance. Si tu le fais pas pour toi, fais-le pour Minimeuf. Elle a le droit d’avoir une maman qui déchire, comme dans la pub. Soudain gonflée de motivation maternelle, je clique sur le lien envoyé par une copine. Une invitation. À une soirée. Faut s’inscrire, et attendre de voir si t’es sélectionnée. Une soirée pour femmes enceintes. Oh merde. S’il y a bien un sujet que je ne maîtrise pas, c’est celui-là. Dès le départ j’étais à la ramasse. Pas capable de repérer les premiers signes de la grossesse, pas capable de faire une annonce originale à mes proches, pas capable de comprendre l’autre connasse du magasin de poussettes, pas capable de prendre un nouveau-né dans mes bras… Globalement pas capable. Bon, je peux toujours m’inscrire à cette soirée, je vois pas pourquoi je serais sélectionnée…

Bon, bah je vois pas pourquoi, mais je suis sélectionnée… Je confirme ma présence. Va y avoir que des futures mamans au taquet. Elles vont  se rendre compte que je connais rien à rien. Que mes copines le sachent, c’est pas grave, c’est mes copines et elles m’aident. Mais là je vais passer pour une conne. Y a des ateliers prévus en petits groupes. Des sujets qui ont l’air bien mais là encore j’espère que je vais être à la hauteur. 18:15, je me mets dans la file pour avoir mon badge. Y a plein de monde, les filles elles sont toutes plus belles que moi, et mieux proportionnées que moi. Les ventres sont tous plus ronds que le mien, contrairement aux culs. J’entends parler des filles comme si soudain les pseudos des forums Doctissimo prenaient vie. Ça cause « bb1 », « gygy », et « choum ». Panique. C’est pas mon monde ça, sortez-moi de là.

Il fait chaud, j’ai un badge violet, je commence par « massage bébé ». 2 filles attendent avec un poupon dans les bras. C’est chelou. Elles sourient, elles ont l’air sympa. Je m’installe en bout de table, je suis évidemment la seule à ne pas avoir osé prendre un verre de jus de fruits… Mais quelle nouille hein… Et les filles nous présentent les poupons. Elles expliquent les origines du massage, la théorie c’est bien, c’est rassurant, pourvu qu’elles nous fassent pas essayer. Elles en savent des trucs, c’est dingue ces histoires d’huiles pour masser. Elles sont bienveillantes et nous encouragent à faire nos premiers pas. Autant j’avais pas envie de céder à ce que j’appelais « les nouvelles tendances » (l’haptonomie, la sophro, l’aquaponey prénatal et le chant corse par vibration de saucisson d’âne sur le nombril maternel…), autant je me rends compte que, allez, ça a l’air vachement bien ces histoires de massage. (Redescends sur terre Maud, ça doit être super pour n’importe quelle maman normale, mais toi, sérieusement, tu oses ne serait-ce qu’y songer??!!!). Et ça y est, c’est le moment du tour de table, le truc affreux où tu dois parler devant les autres qui te regardent. Et dire un truc pas trop con. Putain, je m’y attendais, les autres elles sont hyper sereines, elles ont pas peur, elles sont faites pour être mamans… Bon bah allez, je vide mon sac. Moi c’est ma première grossesse, je sais pas trop dans quoi je m’embarque, je stresse pour tout, et je vais paraître grave égoïste mais j’ai envie de m’essayer aux massages bien sûr pour Minimeuf, mais aussi pour moi. J’ai l’impression que ça peut m’aider à instaurer un peu de confiance avec ma fille, toute la confiance que j’ai pas en moi, je veux qu’elle l’ait.

Je suis rouge écarlate, une larmichette invisible dans le coin de l’oeil, la voix qui tremble. Je parie que ça se voit même pas. Et là, les autres nanas acquiescent. Les filles aux poupons aussi. Évidemment. Je ne suis pas la seule à avoir peur, je ne suis pas la seule à pas savoir quoi faire, ni comment faire. Mais au final, que t’appelles ton gynéco  » la foir’fouille » ou le « gygy », que tu arbores fièrement la marinière ou optes pour la tunique large, que t’oses parler de tes craintes en petit groupe ou prendre des notes toute seule dans ton coin, bah putain, ça fait grave du bien ce genre de soirée.

Je connaissais personne. J’ai rencontré des filles super, j’ai participé aux débats comme une grande, j’ai partagé mes peurs, j’ai appris beaucoup, et pour ne rien gâcher, je me suis goinfrée de petits fours et de limonade mojito après mon soin Clarins spécial femmes enceintes. Je me suis fait violence, j’ai failli faire demi-tour 12 fois entre la Grand-Place et la rue Nationale, et pour finir je suis rentrée retrouver mon mari 4 heures plus tard toute emballée par cette belle expérience. Alors j’aime pas faire de pub, mais si toi aussi t’es une MumToBe, que tu te sens naze et que tu flippes, bah regarde, c’est pas une fatalité. On est toutes dans le même merdier!

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 Comments
  • Akwelle
    24 juin 2015

    Tu es DÉJÀ une maman qui déchire poulette (et il parait que même après, quand tu as envie de t’enfuir très très loin quand le bébépleureetquetusaispaspourquoibordel!!!, on peut rester une maman qui déchire. C’est une copine à moi qui me l’a dit 😉 )

  • ann'so
    24 juin 2015

    pas d’école pour être parents…pour déchirer faut savoir se remettre quotidiennement en question et s’adapter .. C’est un homme de qualité qui me l’a dit :p bienvenue dans la galère du bonheur 🙂 <3

  • steph
    25 juin 2015

    alors moi ton annonce, je l’ai trouvée topissime !!! (et l’ai racontée à plein de monde d’ailleurs). Aucun conseil à te donner sur ce que peut ressentir une super maman en tout cas, T’es déjà une super copine, une super meuf, une super ortho (puis oui tu gères en public, cf présentation de notre mémoire où tout mon entourage m’a dit : « ça se voit que t’es pas à l’aide en public, par contre, Maud, elle gère bien !! »),.. et suis sûre que tu seras aussi une maman au top! la palme pour me faire marrer en lisant ton article à 7h50 😀 (j’adore le chant corse et l’aquaponey) .

  • Mimine
    25 juin 2015

    On a toutes peur au début, on reconnaît pas toutes les signes d’une première grossesse, ou d’une grossesse tout court !! Et puis on l’apprend, on apprend et le jour J on sait pas tout mais on apprend encore et le plus important c’est de toujours l’aimer, lui dire et lui faire sentir!!

    Tu seras une super maman qui déchire tkt !!!!

    Une wondermaman même !!!

Suis moi !

Suis moi !

Vous êtes maintenant abonné